Architecture et environnement

Une architecture unique

Une Cité dédiée à la nature et aux insectes construite sur les hauteurs du village de Saint-Léons, terre natale du célèbre entomologiste Jean-Henri FABRE.

Micropolis se fond dans le paysage des Monts du Lévézou, le parti pris architectural étant de conserver l’équilibre de cet écrin végétal.

L’architecte, Bruno Decaris, a ainsi utilisé la déclivité du terrain et conçu le bâtiment à partir d’une série de cubes.
La bâtisse principale possède une façade minérale de 500m², un immense vitrail qui reproduit en séquences de couleurs la perception visuelle des insectes.

Le toit de cuivre ressemble à une carapace composée de 104 fleurs.
Le lien entre architecture et scénographie permet au visiteur de passer de sa taille d’humain à celle de l’insecte au fil de ses pas dans la faille d’entrée. Tandis que le mur marqué des strates du sol s’élève, des empreintes d’hommes et d’insectes changent de dimension.

La scénographie a été confiée à François Confino, assisté d’un spécialiste des insectes, Luc Gomel, membre du comité scientifique de Micropolis. De véritables passerelles entre la mise en scène et le contenu pédagogique ont ainsi été créées.

Un environnement exceptionnel

Micropolis, la cité des insectes surplombe le village de SAINT-LEONS.

Le village de Saint-Léons est niché dans un écrin de verdure unique entre monts et lacs, dans la vallée de la Muse et au cœur du Lévézou, pays d’eau et de bois qui annonce les grands causses du Sud Aveyron.
Dominé par le château privé de Saint Martin (XVème / XVIème siècle), Saint-Léons possède un riche patrimoine faisant l’objet d’un circuit pédestre : Sarcophage, église romane, fontaine, croix, cadran solaire ainsi que la Maison Natale de Jean-Henri Fabre et le jardin d’insectes… Car Saint-Léons est avant tout le village où est né Jean-Henri Fabre, célèbre entomologiste du XIXème siècle !

Suite aux nouvelles mesures du gouvernement, le parc est fermé jusqu'à nouvel ordre.